Camber dans le Trends Tendance

Camber expert de l'optimisation spatiale

Camber, anciennement 'Les As du Placard', n'a pas attendu que les appartements rétrécissent pour proposer des solutions de rangement sur mesure. Une offre dejà judicieuse il y a 20 ans, qui reste plus que jamais d'actualité.

Née en 1994 sous l'appellation «Les As du Placard», rapidement déclinée en «KastenKenners» pour le nord du pays, Camber entend proposer a ses clients des solutions de rangement qui comblent tant leurs souhaits que les vides dont ils disposent dans leur logement. «Dès le depart, notre objectif a été de récupérer les espaces inutilises comme les combles, les greniers, les escaliers, etc., confient les fondateurs Jean-Christophe Staquet et Luc Uyttenhove. Au fil des années, le produit a évolué et a conquis les pièces a vivre comme le salon, par exemple. C'est devenu aujourd'hui un meuble qui est completement integré. Le but est d'abord et avant tout de trouver une solution pour tout type d'habitation. Nous proposons un service complet, de A a Z, qui comprend les conseils d'un(e) architecte d'intérieur, la precision technique d'un atelier de menuiserie, la gestion de l'ensemble du projet par l'architecte d'interieur, et la rigueur d'une equipe de placement.»


«Success story»

Le concept développe en Belgique par Jean-Christophe Staquet et Luc Uyttenhove existait deja depuis les années 1980 en France. C'est en janvier 1995  que la premiere enseigne estampillee «Les As du Placard» ouvre ses portes au Vivier d'Oie àUccle. Vingt ans plus tard, ce sont 14 show-rooms répartis sur l'ensemble du territoire ainsi qu'un au Luxembourg, qui accueillent les clients. «Ces show-rooms sont d'abord des magasins dans lesquels vous n'allez pas trouver des vendeurs mais des conseillers, expliquent-ils. Nos architectes d'intérieur comprennent et evaluent les besoins des clients afin d'apporter la  réponse adequate, tant du point de vue fonctionnel qu'esthetique, tout en tenant compte naturellement du budget financier dont disposent ceux-ci. Outre leurs compétences professionnelles, la principale qualité de ces conseillers est l'écoute.»

«Nos show-rooms sont des magasins dans lesquels vous n'allez pas trouver des vendeurs mais des conseillers.»

Les clients sont essentiellement des particuliers même s'il arrive quelques fois aux architectes d'interieur de travailler pour des bureaux ou un projet hotelier. Une philosophie gagnante comme en témoigne la progression de l'enseigne depuis son lancement. Les ouvertures se sont succede avec succes tous les 12 a 18 mois. Un succes qui ne se dement pas puisque la société New Sobelwood qui détient l'enseigne affiche une croissance maitrisee et continue de progresser même en des temps plus difficiles. Son chiffre d'affaires est ainsi passe de 12,5 millions d'euros fin 2011 à 17,5 millions d'euros fin de l'année demiere. Un résultat d'autant plus remarquable que la marque est reputée chere. Un sentiment que ne partagent pas les patrons : "Nous ne pensons pas que nous soyons chers. Par contre, les rangements sur mesure sont des produits qui peuvent devenir chers en fonction du type de finition ou des accessoires choisis. On s'efforce d'appliquer un prix juste. Cependant nous ne faisons aucune  concession sur la qualite des materiaux et accessoires. En outre, le service et l'investissement personnel seront egalement toujours identiques qu'il s'agisse d'un petit vestiaire ou d'un dressing d'une master bedroom. Pour un produit équivalent, nous ne sommes certainement pas plus chers que nos concurrents. Par contre, nous allons faire la difference avec le service offert.» Paradoxalement, cette réputation de relative cherte cohabite avec une image desuete véhiculée, il est vrai, par la denomination d'origine "Les As du Placard» qui fait davantage penser a unebande dessinée des années 1970 qu'à un spécialiste du rangement et de la décoration design des années  2010.

Nouveau nom, nouvelle image

«Ces dernières années, nous n'avons jamais cessé d'évoluer en termes de produits, acquiescent les fondateurs. Mais pas en termes d'image. Le terme 'placard' donnait un peu un sentiment bas de gamme par rapport àlaqualité de nos produits. Ii arrivait relativement souvent que les gens qui ne nous connaissaient pas soient surpris lorsqu'ils decouvraient notre catalogue, par exemple. Avec le changement de nom, c'est ce que nous avons voulu corriger et être en adéquation avec ce que nous proposons.»

Un changement de nom piloté par Aurélie Nickmans, chief marketing and communication officer, qui est le fruit d'un travail d'équipe. «Camber est un nom qui sonne bien dans toutes langues, précise-t-elle. C'est un nouveau depart avec un nouveau logo et de nouvelles couleurs plus chaleureuses et actuelles. Au jaune et bleu d'origine s'est substituée une combinaison de gris et d'orange. Mais nous avons conserve notre ADN et notre culture d'entreprise basée sur les «6 C": customer centricity, collaboration, confidence, culture of service, creativity, competences.»

Pour réaliser cette petite révolution qu'est un changement de nom pour une sociéte - surtout que la marque avait une forte notoriété, Aurelie Nickmans s'est appuyée sur une série de jeunes entreprises tales que le petit studio graphique bruxellois Stoëmp Graphic Design Studio qui a réalisé le nouveau logo, ainsi que Snowcap (web development), 1 million dollar (bureau créatif), 87 seconds (agence video), épaules par de grands groupes comme Air et Initiative. Après, de longues séances de brainstorming, le nom Camber s'est impose. Pour la petite histoire, c'est un anthropologue de formation, totalement étranger au secteur, qui a trouvé le nom. Officiellement dévoilé fin de l'année dernière, Camber, qui a été agrée par les 115 collaborateurs, doit maintenant s'imposer tant auprès de l'ancienne que de la nouvelle clientèle.

Potentiel de progression

Ce qui était vrai il y a 20 ans l'est encore plus aujourd'hui: les habitations rétrécissent. Que ce soit les maisons ou les appartements, l'espace se réduit et pour l'agandir, II n'y a guère que deux solutions. Soit, ajouter une nouvelle pièce qui peut être une veranda ou une annexe, mais cette option n'est pas toujours possible; soit, quand il n'est pas extensible, optimiser l'espace existant. Et ici, Camber a indéniablement une carte à jouer dans un secteur on la concurrence s'est fortement accrue ces dernières années. «Cela nous motive à être toujours plus innovants aussi bien dans les solutions proposées que dans la gestion des projets, pointent les dirigeants. Nous disposons d'une organisation bien rodée mais hyper-flexible pour s'adapter aux exigences du client. De nombreux concurrents proposent des rangements sur mesure, mais à notre connaissance aucun n'offre cette combinaison de solutions de rangements sur mesure personnalisable et de services d'experts.»

Bon an mal an, Camber réalise ainsi quelque 3.500 projets. Ses clients sont 90 % des particuliers mais la société s'est également lancée dans quelques promotions immobilieres. Un nouveau marché qui pourrait évoluer dans les années qui viennent, selon les fondateurs. Outre le fait qu'un nouvel aménagement d'espace permet d'améliorer le bien-être des occupants, il valorise également financièrement la maison ou l'appartement.  «Les appartements qui sont equipés de beaux placards, de meubles fonctionnels ou d'un beau dressing, par exemple, se vendent mieux et plus chers que les autres», soulignent Jean-Christophe Staquet et Luc Uyttenhove. Les perspectives de croissance semblent prometteuses pour Camber qui entend bien surfer dans les mois qui viennent sur sa nouvelle image plus dynamique.

A lire aussi
Voir tous les articles